On dit, parfois, que les poètes,
Sont des êtres d’exception.
Certes non, et pourtant...

 

Ils font l’amour avec la beauté,
Tutoient les dieux,
Dansent avec les étoiles.
Ils sont amis de la pluie,
Du chaud soleil de midi
Et de la neige qui caresse leur front.

 

Ils sont, par moments ou à tout instant,
Violons, luths, clarinettes ou guitares,
Avant de se transformer en terrifiants
Cors et tambours
Hurlant notre tragique futur.

 

Sont-ils plus lucides
Que les autres humains ?
Certes non, et pourtant…

 

Ils sont vibrante sensibilité
Qui résonne violemment
Sous les coups de l’histoire.
Frêles membranes sous les tourments,
Les souffrances et douleurs
Qui griffent la terre
Font hurler ces tendres troubadours.

 

Ruisseaux, fleuves ou torrents,
Selon les temps et les moments,
Ils perçoivent sur les rives
La folie des vivants,
L’égarement des dirigeants.

 

Ce ne sont que des innocents
N’ayant nul pouvoir.
Certes, et pourtant…

 

Les puissants qui tremblent
Sous le poids de leurs vers,
Les flattent pour les soudoyer
Ou mieux plagier leurs œuvres.
Les pouvoirs, jaloux et impuissants,
Écrouent ou immolent
Ces âmes papillon,
Trop fleurs des champs
Pour devenir décoration.

 

Mais qui donc à le pouvoir
De faire taire le vent ?
Même mort, le poète,
Par la grâce de ses vers
Remue encore ciel et terre
Transfigurant, pas à pas,
Les ténèbres en ardente lumière.

 

© Jean Dornac

Paris, le 10 janvier 2010

 








 


Création Ode©
Œuvre en titre :  « Les poètes »  infographie de Ode©


~ Retour à Poésies Détachées ~

~~ Retour à Dans l'Univers Imaginaire de Ode ~~

~~~ Page Index ~~~

~~~~ « Archéologie Imaginaire » ~~~~
Œuvres plastiques de Ode