LE TRAIN DE MES RÊVES


                                                                                       À mon père


Suspendu à l’arc-en-ciel de ma vie
Filait-il le train de mes rêves
La nuit étoilée annonçait
La lumière aveuglante
De villes endormies
De pays sans histoire
Dans le tourbillon
De ma mémoire arrachée

De vastes étendues de couleurs
Se profilaient sous mes yeux
Mon âme rêvait sans cesse
D’un village abandonné
Royaume de mon enfance
Paradis perdu
Énigme dévoilée
De l’aube des mystères

Train de mes espoirs
Train de visages inconnus
Train de mes départs
Train de mes désirs
Train de mes passions

Je te regardais
Rouler sur les rails
De ma vie bohémienne
Étoile filante
De mes pulsions cachées
Au fond de mon cœur égaré

Accompagne-moi
Au pays du bonheur
Où je pourrai écouter
La voix de mon père
Diapason de mon amour
Échos sans fin
De nuages évanouis
À l’horizon de tes yeux


Cagliari, octobre 2014
 





       Notte d’ottobre    

 

                                                                                                                           A mio padre



È svanito per sempre il tuo volto
Ora piango per te a dirotto
E mai più rivedrò la tua luce
Sulle labbra dipinta riluce

 

Mi lasciasti per sempre una notte
Il mio cuore ben presto cedette
Al dolor lancinante nel petto
Ormai privo sarò del tuo affetto

 

Di ricordi il mio animo è pieno
Ma non posso io goderne appieno
In delirio vibrante cadrò
La tua voce mai più sentirò...


Cagliari, 12 octobre 2014




Création Ode©

~ Retour à Poésies Détachées ~

~~ Retour à Dans l'Univers Imaginaire de Ode ~~

~~~ Page Index ~~~