Le Temps me dit des choses étranges
Régnant sur ses territoires millénaires
Il me parle de toi, de tes errances, de l'Ange
Venu fouler tes terres


Je viens, prends ta main, te suis et t'écoute
Au matin des perspectives océanes
Où tu te confies, goutte à goutte
Jusqu'à remplir mes yeux de larmes


Et de ton roseau taillé, tu m'écris, tels les Anciens
Reprenant les chemins des hier
Pour rendre tes mots jusqu'aux miens
Oeuvre d'orfèvre, dont je suis fière


Le secret se cache là où il ne veut qu'on le trouve
Vaut-il parfois s'efforcer de découvrir sa retraite
Afin que le coeur enfin s'entrouvre ?
Il faut qu'il n'y ait rien que jamais l'on ne regrette !


Les jours fuient et les nuits se font présence
Les amants se sont tus par leur absence
Et sombrant dans le sommeil
N'ont rien vu, rien entendu au réveil


Et pourtant, ils étaient là à se tendre
Et le cœur et les bras
Timides en leurs âmes si tendres
Qu'un seul soupir les aurait trouvés sous ses pas


De ton poème, j'en ai fait l'écho
J'y ai bu à la source de nos imaginaires
Et comme aujourd'hui, il fait beau
Je sors et je vais prendre l'air !



Ode©
18 octobre 2001





Création Ode©

Oeuvre en titre de Michelle Bigot©






~ Retour à
Complicité ~

~~ Retour à
Dans l'Univers Imaginaire de Ode ~~

~~~ Page
Index ~~~