Le temps s'en est allé à grandes enjambées,
RÊ soleil a fondu les ailes de géant,
Icare et Albatros à terre sont tombés,
Le monde est devenu crépuscule du néant.


Rien ne sert de mourir
En épuisant ses forces
A garder souvenir
De nos vieilles écorces.


L'irréel recréé en fantasmagorie
Transporte nos amours comme des cavaliers
Venus, à vive allure, jambes endolories,
Apporter dans leurs rêves des perles de joailliers.


Un flou radial emporte
Ce couple d'amants mythiques.
Mon rêve les transporte...
Allégorie mystique !


Pourquoi rêver la nuit et pourquoi pas le jour ?
La conscience est plus forte et permet de mieux vivre.
Est-ce le temps libéré qui brûle, mon amour
Éclaire mes pensées quand de toi je suis ivre !


Ainsi passe le temps, un temps d'apesanteur.
Il permet de rêver sans arrêter de vivre,
Goûter la volupté de vivre les senteurs,
Voler jusqu'à l'azur, pour être un peu plus libre.
Chevaucher l'impossible sur la réalité
Et ouvrir une brèche près de l'éternité !


Le rêve est notre apesanteur.


Pierfetz 2003©






~ Retour à Complicité ~

~~ Retour à Dans l'Univers Imaginaire de Ode ~~

~~~ Page Index ~~~


Création de la page par Ode©

Photo en titre : « Rêveries au Fleuve » de Ode©