L'hiver est là, je suis affreusement seul
Près de l'âtre, assis dans mon fauteuil …
Le crépitement du foyer qui chantonne
Fait écho à la pendule qui bourdonne


L'entrelacement des flammes changeantes
Surmontées d'infimes étoiles scintillantes
M'offre un spectacle divin et enchanteur
Qui me caresse d'une délicieuse chaleur


Dans cette ambiance délicieuse à souhait
Chaque instant devient comme nuage épais
Mes paupières difficilement se soulèvent
Mon esprit s'évadant vers le pays des rêves


Dans cet univers merveilleux et magique
Apparaît ma belle à l'allure romantique
Ses jolies courbes lui donnent la grâce
Et ses yeux pers me fixent avec audace


De ce regard amoureux débordant de désir
Se dégage une sensualité à me faire frémir
De son visage lumineux émane la séduction
Mon cœur bat très fort, plus que de raison


Je l'enlace passionnément sans dire mot
Et nos lèvres brûlantes se soudent bientôt
Habités d'une telle incroyable allégresse
Nous couvrons nos corps de suaves caresses


Un fugace frisson parcourt tout mon être
Quittant lentement le doux pays des rêves
Et le foyer où ne restent que quelques braises
Seule la pendule de pauvres illusions me berce


Si la chaleur de nos cœurs et le feu de nos corps
S'éteignent sans nous prévenir d'un désaccord
L'amour ravivera assurément notre belle flamme
Attisant la braise de notre passion et de nos âmes


Jacques Dognez©
29/12/2001





Création Ode©

« Extase » de Charles Chaplin - vers 1850


~ Retour à Complicité ~

~~ Retour à Dans l'Univers Imaginaire de Ode ~~

~~~ Page Index ~~~