Tes yeux gris-vert par temps ensoleillés
Deviennent rayons dorés, raisins andalous
Comme vin doux et fort à la fois

Je m'agrippe à tes grappes et m'y enivre


Lorsque luit le grand soleil
Et quand il descend vers toi
Je lui confie mes secrets

Pour qu'il transporte ma voix





Ô destinée dans le versant du soleil de midi
Élévation de l'amour
Sous le feu salé des baisers de mer

Je me cramponne à tes braises


Lorsque de l'Est est le vent
Mon pas me mène au couchant
J’en respire les embruns

J'y entends des sons troublants




Ton cou comme tronc d'arbre
M'élève jusqu'aux étoiles
Nocturnes sacrées

Je m'accroche à ta lune


Tes caresses amoureuses
Me transportent aux nébuleuses
Je plonge en ta voie lactée

Nous frôlons l’éternité





Incommunicabilité de l'extase
Sensuel silence des désirs
Il fait nuit sur mon île, don à l'amour

Je m'agriffe à ta chair


Quand le matin nous éveille
Enroulés au petit jour
Nos deux corps s’entre émerveillent

Exultant le même amour





Ode © janvier 2010
Alain Springer © 27 janvier 2010






~ Retour à Complicité ~

~~ Retour à Dans l'Univers Imaginaire de Ode ~~

~~~ Page Index ~~~


« Archéologie Imaginaire »
Site des œuvres plastiques de Ode

Création Ode
©