J'avais, je crois
Quelques années de plus que vous
Des paysages marins
À m'en remplir l'âme
Et des bancs de morues
Sur la côte de Terre-Neuve



Vous aviez l'air d'une pucelle
Dans votre robe rose lilas
Comme la mer parfois en contre jour...



Et vos yeux se cherchaient dans la vague
Comme une gazelle se cherche un abri
Dans la plaine
Pour se protéger du lion aux abois...



Vous étiez belle
Belle d'effroi !



Et moi insouciant
J'allais vers ma nacelle
Sceller le jour et la nuit
Qui sait ?
Le peuple de la vague
Ne sont au port que d'étranges fantômes
Qui perdent vite le pas



Vous aviez en horreur cette odeur rance
De morue et de varech,
Je n'avais plus que quelques ficelles
Et ce vieux mat
Qui partait en errance
Et ne reviendrait pas...
Ma carcasse d'écaille brune et burinée
Déjà ne suivait plus
Le goût du sel me dévorait la gorge...
Et dans mon coeur
J'étais déjà là-bas
De l'autre côté de la rive...
Et du trépas...



De vieux filets traînaient ça et là
Une coque frêle
Rongé par la brume
La mer,
L'océan là-bas...



Vous aviez une robe mauve
Rose lilas
Un sourire qui se perdait à l'Horizon,
Quel ange vous avait posé là ?
J'étais heureux
Je me dorais à votre soleil...
Je reprenais courage
Comme une plante mal nourrie
Comme un poisson que l'on rejette a la mer
Je renouais ce matin-là
Avec une autre aurore...



Je savais que vous ne seriez du départ
Mais qu'importe
Maintenant j'allais plein soleil
Toutes voiles dehors
Pourfendre la mer
Déchirer la nuit
Et sans que vous le sachiez
Je vous amenais avec moi...
Vers mon inexorable destin
À l'horizon
Où la vie se confond avec le ciel, l'amour et la mort....



Vous étiez sans le savoir
Mon dernier soleil
Ma douce aurore...
Et je Vous emportais avec moi
Comme l'Ultime sourire de la vie...
Ce trésor précieux
Qui me donnerait le courage
Au-delà du large...
Sourire d'enfant...



J'ai vécu de ciel et de cordage
Et je m'en vais comme je suis venu
Fidèle et sage
Heureux du vent
De la mer
Et du large...



Qui sait
Peut-être reviendrai-je
Peut-être poserai-je le pas
Mener ma cargaison au bon port
Et vous quérir dans votre robe rose lilas...
Et je vous prendrai
Douce
Chatoyante
Inquiète
Au coeur de moi-même
Pour m'enfuir avec vous...
Vers les mers éternelles
Où nous nous baignerons ensemble dans la présence...




Yves Drolet©





Création Ode©

Photo et digitalisation de Ode©



~ Retour à Complicité ~

~~ Retour à Dans l'Univers Imaginaire de Ode ~~

~~~ Page Index ~~~