Il est né, le poète
Dans des draps d'organdi bleu
Dans des rêves de velours émeraude
Dans des reflets de soie dorée


Âme ma sœur Âme
Que je ne voyais venir
Dans les Étoiles de la Dame
Je n'ai pas lu l'avenir


Je te célèbre poète
Ainsi ta poésie
Tes chante lendemains
Tes chante la vie


Des sonnets qui rythment bien
Des alexandrins pour combler ma faim
Et pour la route, des textes fins


À contre-jour
À contre-filets
Tu funambules sur tes éphémères
Voles au-dessus des mers
M'emportes avec toi
Ritournelle
Et si des anges, tu avais les ailes
Âme ma sœur Âme
Tu m'enlèverais en ton ciel ?


Tes mots sont une offrande dans le calice de l'abandon
Sur l'autel de tes passions
Âme ma sœur Âme
Comme j'aime te voir venir !


Âme ma soeur Âme
Comme j'aime te lire !





Ode©
17 octobre 2001


Création Ode©





~ Retour à Complicité ~

~~ Retour à
Dans l'Univers Imaginaire de Ode ~~

~~~ Page
Index ~~~