Parce que la beauté est essentielle à la Vie...

 
Le désir de venir régulièrement visiter ton site, ma chère Ode, est omniprésent et c'est avec bonheur qu'aujourd'hui j'écris ces quelques mots pour te dire combien ton univers m'émeut encore et toujours... Tu possèdes une telle prescience de l'être et du monde et sais si magnifiquement la mettre en lumière pour offrir à chacun la possibilité d'une meilleure compréhension de ce qui l'entoure!... Tant dans le domaine pictural, sculptural que dans celui des Lettres, tu excelles ! Grâce à toi, nous saisissons pleinement l'importance du Vivre... Te remercier pour ces partages aux couleurs de l'âme et te témoigner toute mon admiration et ma fidèle tendresse...
A bientôt pour un nouveau voyage au coeur de ton univers...
Thalie.
24 septembre 2008




ElOde!

Il y a toujours dans l'intelligence active des grands artistes; la confrontation de l'épreuve face à la personnalité de celui-ci à celle du devenir qu'embrasse le poète par sa démarche, artistique et scientifique, dans le souci de l'exacte réalité par le médium de l'irréel où il cherche en profondeur les vérités qu'il veut faire surgir pour les engendrer; se faisant de la sorte dans son ultime recherche un gardien qui enseigne et dévoile, l'inconnu par le connu, comme un Messager chargé de destins pour annoncer son altruiste message à l'humanité. Ce laborieux et magistral travail en est la marque indélébile et incontestable de ce riche savoir transmis qui verse dans la connaissance universelle et personnelle pour d'aucuns, dont l'impact culturel et sociologique est d'évoluer; d'évolution en évolution, de la raison à la mystique, de la philosophie et la poétique, de la science à l'art, du temporel à l'intemporel; pour tirer du passé le "mouvement" des secrets encor oubliés pour un futur rapproché du "changement" magique et enfin libéré.
Je vois dans tes superbes travaux ton essence dans les essences, Ode, liées les unes aux autres dans l'amalgame de tous les infimes détails que forment la grandeur de l'unité. Je vois les reflets de ton âme dans le miroir de ton esprit par lequel je peux me voir et regarder le "tout", de la beauté de ton monde dans le mien...

Alors que les temps marquent les souvenirs, les actes gravent les mémoires… et tout comme les mensonges se cachent dans les vérités; il est plus difficile de désapprendre une erreur que d'apprendre une Vérité... Paroles de d'Augûre

Bravo Ode, ton site est à la hauteur de ton Coeur...
Ton ami dévoué,
Stéphan d'Augûre
13 mars 2006


 

Ma belle amie, je tenais à laisser patte blanche sur ton univers après l'avoir explorer du regard de beauté... Ce mélange de mots, de sculptures, de peintures fusionnent pour former Un Tout.
Je pense que mes mots ne sont pas assez forts pour d'écrire la sensation que procure ce voyage... Magique, Mystique, Magnifique, gouttes infimes dans cet espace des anciens temps oubliés ou nouveaux... Ton imaginaire est le reflet de ton âme qui a voyagé depuis longtemps, comme l'être de lumière qui éclaire le passage d'un monde perdu. Il est réel en Soi par le feu qui t'habite... Ode, l'artiste, cette étoile qui éclaire l'esprit et la conscience sur l'intemporel dont tu as fait parti, mais ton essence n'est pas fini... la porte est ouverte...
Je te souhaite du fond du coeur, une belle continuité, du succès...
Que ton art nourrisse ce voyageur qui saura regarder...
Affectueusement, Rachel ( Louve Blanche )
mars 2006


 

Quel site EXTRAORDINAIRE !!!

J AIME TRÈS PROFONDÉMENT TES MOTS et TES OEUVRES IMAGINAIRES ET ARCHÉOLOGIQUES !!!
Je te sens vraie femme et véritable artiste, jusqu'au fin fond de l'âme et tu m'émeus, tu me surprends, tu me donnes envie de me laisser aller à mes rêves, mes fantaisies, mes talents... D’y croire... À FOND !
Par ce grand abandon à ton monde imaginaire situé entre commencement du monde et compréhension de l'Infini, tu aides à nous découvrir nous-mêmes dans tout ce que nous avons d'humain et de "terrien" je dirais, parce que toi, tu t'es laissée aller à te découvrir toi ... en simplicité, en harmonie avec toi-même, et en intelligence.
Quand je regarde tes oeuvres je t'imagine intimement liée à la terre ou autres matériaux que tu sculptes, modèles, caresses comme en une prière de tes sens et de ton âme, comme un retour aux sources de la vie, de l'Histoire, comme à une vie embryonnaire... où les éléments, l'esprit et le corps ne sont qu'un, à même la glaise...
J'ai fait moi-même un peu de poterie et c'est une passion qu'il me tarde de découvrir à fond, mais quand je regarde toutes ces oeuvres imaginaires et innombrables, je ressens la même chose que lorsque la terre est entre mes mains... et là, je comprends enfin certaines paroles bibliques disant que nous sommes nés de la glaise...
Tu fais oeuvre de création pure et c'est très rare et impressionnant, tout cela avec une passion, une perfection, un talent et une douce innocence hors du commun !
Je me sens vraiment intimement « unie » « mêlée » à toi, comme si nous étions « soeurs », sortant de la même terre imaginaire, pourtant je me sens tellement pauvre par rapport à toi ! Mais par le rêve, je crois, et par cette impression de savoir ce que tu cherches, tu ressens, sans arriver vraiment à l'exprimer, en sachant que c'est l'Infini qui est au bout de tes doigts et de tes mots...
... et cela me met les larmes aux yeux d'émotion à chaque fois que je regarde tes créations, Ode !
TU ES UNE CRÉATRICE ET UNE FEMME FORMIDABLE !!!
J'AIMERAIS TE RESSEMBLER... JUSTE UN PEU...
TOUTE MON AMITIÉ MA CHÈRE ODE...
Ton amie subjuguée et émue,
Michèle Schibeny
25 février 2006


 

Un univers dans une souris.
Ma main sur la souris, la roulette fait défiler un univers aux dimensions de l’impossible aux limites de l’impensable, aux delà du concret, en deçà de l’abstrait.
Le monde dans lequel nous transporte Ode est fait d’autant de rêves que de vécu ; d’autant de mirages que de réel, de passé que de futur.
De l’archéologie aux paroles du silence, du cataclysme qui réduisit la Cité Interdite en lambeaux déchirés de chaleur à la froideur glaciale de la Cité bleutée, on passe de l’espoir au tourment et du merveilleux rêve aux limites de la folie. La catastrophe a bien eu lieu ; nous en sommes les survivants... Mais est-ce bien est de notre vie que ces décors ruinés attestent. Sont-ce là les vestiges de nos errances ou les peurs de notre futur ?
L’espoir émaille de ci de là le trajet du visiteur. La main presse la souris et passe d’un clic dans l’autre monde. Celui où règne l’imaginaire de Ode. Celui de ses mots, de ses charmes originels aux odeurs d’onguents et de parfums d’antan. Comme Suzanne elle nous appelle et nous prend par la main pour un incroyable voyage dont on ne souhaite pas la fin. Car, comme dans tout voyage, pour celui que nous faisons dans l’univers de Ode, l’important n’est pas le but, mais le chemin.
Merci chère Ode pour ce nouveau chef-d’œuvre. « L’Univers Imaginaire de Ode » était déjà mon havre de paix, mon île aux trésors, « Archéologie Imaginaire » est désormais ma terre d’asile.
Alain. Springer.  Poète Rochelais.
16 février 2006


 

Chère Ode,
Parcourir les pages de ton site , un vrai cadeau pour l'âme.  J'ai toujours le même immense plaisir de te lire et lorsque mes yeux s'arrêtent sur tes tableaux et sculptures un bonheur s'installe au fond de mon coeur.
Merrrrrrrrrrrrrci de partager tes talents !
Gros câlin,
Amicalement
Nicole Ferraro
Laval.


 

Un travail faramineux dans un macrocosme fascinant qui séduit, enfièvre et transporte le visiteur dans le monde envoûtant ou l'Art devient la façon humaine de disposer le sensible et l'intelligence à des fins esthétiques. J'ai trouvé dans ce site ce que l'on pourrait assimiler à l'union entre le plastique et l'âme, entre le talent et l'enthousiasme ; car l'Art prend naissance quand la forme devient style, et le jugement ne constitue pas la beauté : il la reconnaît et la nomme quand il la rencontre. On sent bien, derrière cet énorme et lucide labeur, ce souci constant de la précision qui en fait l'expressivité et le prix de la perfection. Plus puissant est l'être de l'objet, plus mystérieusement il nous parle, et plus loin il nous emporte... vers quel Dieu ? Ici, j'ai senti que la revendication de la spontanéité n'exclut nullement la méditation et l'apprentissage étant donné que la conscience y programme le corps auquel elle s'identifie, et exerce le choix subtil sur le jugement et le goût.
André Laugier
, poète.
30 janvier 2006

 

Bonjour, ma chère Ode,

Nous avons visité votre site... CHOC ! C'est vraiment très bien et nous l'avons visité en ayant l'impression d'être invités au vernissage... JE SUIS ( nous sommes ) SANS VOIX... QUEL passionnant VOYAGE A TRAVERS LE TEMPS ET L'IMAGINAIRE... QUEL FABULEUX TRAVAIL... !
L'idée, la présentation, la réalisation, les matériaux, vos commentaires ( ainsi que les critiques, les citations ), tout est de qualité, tout est remarquable.
Votre site donne vraiment "à voir" et stimule l'imagination.
L'univers de l'archéologie nous est familier puisqu'il a occupé notre vie professionnelle ; aussi nous sommes particulièrement sensible à votre approche de l'archéologie par le biais de l'imaginaire. Vos oeuvres sont toutes magnifiques.
Michelle et Jacques Bigot
30 janvier 2006

 

Il s'agit d'une oeuvre considérable, dense et touffue comme la forêt amazonienne ; amazone Ode l'est peut être un peu ! car c'est d'un gynécée qu'il s'agit, on voit bien que l'homme est ailleurs, à la chasse ou aux champs... Il faut se laisser dériver dans le courant de cette imagination fertile à mi-chemin entre la BD et les films d'animation modernes.  Mais sans effets spéciaux, Ode parvient à nous faire voyager autant, car elle sollicite notre imagination en permanence.
Edgar Descavernes du Lazaret de Nice
26 janvier 2006

 

Chère Ode,
C'est un véritable plaisir pour moi que de laisser ma griffe sur ton grimoire" livre d'art ".
Le travail colossal que tu as entrepris et que tu offres à notre curiosité nous fait découvrir un imaginaire si vrai et tellement envoûtant ... La découverte à laquelle nous convie ton univers est d'une richesse incroyable... Je n'ai pas fini de hanter cet univers là...
Merci,Ode, et bravo, bravissimo...
Bien amicalement,
Renée Jeanne Mignard
26 janvier 2006







Lire les autres commentaires ( à venir )

Retour au Menu « Archéologie Imaginaire » arts visuels

Retour au Menu « Dans l'Univers Imaginaire de Ode » poésie


Ode©